Blog

De la glace pour l'équipage de Vagabond !

  • Leonie sur lac gelé en Suède
  • Léonie sur char à glace fabriqué par Seb
  • Retrouvailles avec Babouche en hiver en Suède
  • Joie du vélo en famille en Suède
  • Pédaler et patiner en Suède

Quel plaisir de patiner sur un lac gelé en Suède ! C'est que la glace commençait à nous manquer, en Bretagne, loin de Vagabond qui hiberne seul au Labrador... Cette escapade nordique fût aussi l'occasion de partager avec les élèves francophones de Stockholm. Un grand merci à Sébastien Roubinet, qui prépare la traversée de l'océan Arctique, et à la famille André, en partance pour un tour du monde à vélo !


Solstice en France

  • Vagabond à Goose Bay le 28 Septembre 2016

Vagabond est actuellement installé au sec sur un quai à Goose Bay au Labrador jusqu'à la fin du printemps 2017, tandis que son équipage est en Bretagne pour l'hiver. Pas d'inuktitut à l'école pour les enfants cette année, mais des camarades qui parlent le français ou même le breton ! D'un congrès scientifique à un festival de films d'aventure, d'un salon nautique à un cycle d'interventions en milieu scolaire, les projets futurs se dessinent peu à peu. Ils ne se dérouleront pas seulement dans l'Arctique, mais toujours autour de campagnes scientifiques dans des milieux reculés, et du partage avec le grand public. Voir aussi les actualités.


Goose Bay

  • Restau Goose Bay

Le matin de l'arrivée à Goose Bay nous sommes allés nous promener et nous sommes tombés sur quelqu’un qui est allé à Grise Fiord. Elle nous a fait faire le tour de la ville dans sa voiture puis elle nous l'a prêtée pour le reste de la journée.

Nous sommes allés au resto, au parc, puis à l'aéroport. Le lendemain matin papa est allé se renseigner pour sortir le bateau de l'eau, ils ont dit cette après-midi ou demain.

4 jours plus tard nous avons pris l'avion mais pas de bol, le deuxième a été annulé à cause d'un problème technique. Nous sommes arrivés à Paris !


Mécanique et marina

  • A bord de Pachamama

Un coup de vent approche. Soudain, en pleine nuit, une forte odeur de caoutchouc brûlé s'échappe de la salle machine : un des arbres d'hélice est entrain de se désolidariser du moteur ! Eric parvient à l'immobiliser à l'aide d'un cordage et de colliers. Une réparation de fortune qui évite de perdre sans préavis l'arbre, l'hélice, ce qui du même coup aurait entraîné une belle voie d'eau. Nous ne sommes pas très à l'aise sur un seul moteur d'autant qu'avec le temps perdu Vagabond se retrouve à lutter contre 35 nœuds de vent en rafales et une belle houle juste avant un joli passage encaissé.

A sa sortie, dans le bon abri qui nous tend les bras, nous découvrons Pachamama ! Cela fait plusieurs années que nous sommes en contact avec Dario. Cette année, en sortant du détroit de Bellot après son passage du Nord Ouest, Pachamama a décidé de suivre Vagabond dans Fury et Hecla et nous attendions avec impatience de rencontrer son équipage. Et pour cause : à bord se trouvent Dario, sa femme Sabina, et leurs cinq enfants, âgés de 11 ans à 10 mois ! Léonie et Aurore sont enchantées de la rencontre.

Quelques heures plus tard un troisième voilier arrive dans la petite baie, Caledonia. C'est une belle unité emmenant Claudia et Jorgen vers des eaux plus chaudes, après leur passage du Nord Ouest. Une telle marina ici est chose surprenante !

Nous venons de passer la "Tree Line" et la première balade nous procure un vrai dépaysement : une végétation assez haute pour s'y cacher, de mini forêts de conifères (1,20m environ!), toutes sortes de baies et myrtilles en pagaille ! Cela fait un an que nous n'avions pas goûté à tant de verdure et nous nous en délectons tous.

Bien ancrés, les trois voiliers laissent passer le coup de vent. Cependant, Léonie est la première à apercevoir deux ours noirs sur la berge !

Au lever du jour suivant, naviguant à nouveau vers le sud, nous exultons en découvrant cette fois de vrais arbres, de grands conifères, d'autres ours noirs fouillant les berges et des dunes de sables surprenantes. C'est une navigation de rêve jusqu'à Nain, le village habité le plus nordique du Labrador.


L'arrivée au Labrador

  • Leonie avec enfants a bord de Pachamama

Il y a à peu près une semaine, nous sommes arrivés au Labrador tous les quatre. Yves et Céline nous ont quitté à Kimmirut. Dès le premier jour, j'ai vu un groupe de caribous et un peu plus tard maman a vu un ours, c'était super.

Un ou deux jours plus tard, en allant dans un abri, on retrouve Pachamama, un bateau qu'on connait ! Après s'être défoulé, on se retrouve à bord de leur bateau. Là on joue avec les enfants et ils nous invitent même à dîner, et on apprend que Caledonia, un autre bateau, va arriver vers 6h. Le lendemain, au moment de déjeuner, je vois un ours noir, on prévient les autres bateaux et papa en voit un deuxième, vraiment c'était génial !


Premiers pas au Labrador

  • Entree McLelan Strait Labrador

Arrivée sur le Labrador, Vagabond, emprunte l'étroit passage qui lui coupe le nez d'ouest en est. Pour commencer, cette option nous offre deux heures de repos, dues à plus de 6 nœuds de courant qui nous font reculer, toutes voiles dehors ! Les tourbillons de courant sont impressionnants. Enfin nous embouquons à grande vitesse les 15 milles nautiques du passage. Nous y observons 5 caribous, un ours polaire et des williwaws emportant haut leurs tourbillons d'eau dans des rafales à 50 noeuds. Une fois sur la côte est du Labrador, nous trouvons un autre monde, fait de myriades d'îles et de capricieux vents et courants jouant dans ces reliefs.


Nunavut

  • Vagabond en escale a Kimmirut

Nunavut. C'est un moment spécial de terminer notre tour de Baffin en même temps que cinq années au Nunavut.

Dans ce voyage, c'est ici, à Kimmirut, que Céline et Yves nous ont quitté pour retourner à Qikiqtarjuaq. C’était une bonne équipe !

A peine avions nous mis pied à terre qu'un manque se comblait : enfin un peu de végétation. Oh, pas haute, mais quel bonheur de retrouver camarines et myrtilles sur de raz tapis faits de minuscules feuilles pourpre, de revoir quelques saules nains de près de 30cm de haut ! En effet, depuis le Groenland, rien. De la roche aride parfois clairsemée de rares lichens. Et ce matin tôt, en laissant s'éloigner le Nunavut, un pincement me vient au cœur pour tout ce qu'il nous a offert... Mais s'immisce déjà l'excitation de nous savoir bientôt passer la ligne des arbres, au Labrador !


Fisher Harbour, Big Island, au sud de l'île Baffin

  • Aurore Eric Leonie

Aujourd'hui nous sommes dans une petite baie, il y a un peu plus de vent qu'on le croyait mais bon on est à l'abri alors c'est pas grave.

J'ai un peu aidé papa dans la salle des machines, nous avons nettoyé le filtre à gasoil, nous avons pompé l'eau des fonds et changer un autre filtre à gasoil.

Hier on a fait une petite traversée c’était pas la pleine forme mais ça allait.


Cape Dorset

  • Avec Tim dessinateur a Cape Dorset

Après les platitudes à l'ouest du bassin de Foxe, quel bonheur de retrouver le relief du sud de l'île Baffin. Et de découvrir Cape Dorset, le plus joli village du Nunavut que je connaisse.

En quête de douches, nous voilà invités à l'école; le collège a brulé voilà un an, l'école élémentaire accueille donc les plus jeunes le matin, et les grands à leur place l'après midi. Le directeur, un kényan enthousiaste, nous emmène faire la tournée des classes pour des échanges improvisés avec les élèves. Espiègle, il joue des tours aux élèves, puis une mélodie de sa composition, au piano qui a trouvé une place dans son bureau; il joue de 7 instruments, et n'hésite pas à en faire profiter toute l'école en direct par les hauts parleurs ! En fait de douches, elles sont HS.

La secrétaire, Ooloosie Ashevak, nous invite alors chez elle... Et nous ne tarissons pas d'évoquer nos amis de Grise Fiord, Larry et Annie, qui sont leurs oncle et tante, ainsi que leurs filles Laisa et Arna, cette dernière fut la maitresse de Léonie ! Le lendemain nous sommes tous invités à l'anniversaire de l'une de leurs filles. J'apporte un gâteau, qui clôt le festin de caribou congelé, maktak de belouga, soupe d'omble arctique et bannok. L'ambiance est chaleureuse et l'accueil tellement simple !

Adamie, le mari de Ooloosie, est sculpteur. Comme beaucoup d'hommes ici. Et pour cause, Cape Dorset est la capitale artistique du Nunavut. Nous avons la chance de visiter les ateliers de lithographie et de sérigraphie du village. Les artistes sont exclusivement d'ici, issus souvent de familles d'artistes. Toutes les œuvres partent à la vente à Toronto. Il y a aussi des peintres et des dessinateurs. Nous rencontrons Tim dont le chef d'atelier qui revient tout juste de vacances découvre les derniers dessins en notre compagnie. J'admire son sens du trait et du volume. Il partage son temps entre l'art et la chasse. C'est dans la nature qu'il observe, tire son inspiration, dégage ses sujets et précise ses idées. Puis sans croquis préalable et de main de maître, il couche sur grand format l’œuvre qui attend de naître.

Il y a aussi une galerie de sculptures. La serpentine ou pierre à savon est prélevée de carrières situées à un jour de bateau de Cape Dorset. La galerie n'a pas la capacité d'accueillir les sculptures de tous les artistes du village, le commerce se fait donc également directement dans la rue. Nous lestons ainsi Vagabond d'ours vert émeraude tout droit tirés des flancs de Baffin.

Alicia nous quitte ici. Elle emporte la plupart des échantillons de coralline vers le laboratoire de Jochen à Toronto. Le dernier site de recherche n'a pas été fructueux, mais nous espérons relever le niveau pour les derniers sites de la mission de cet été.