Blog

Vers le nord

  • Depart helico pour manip sur glaciers ile Devon

Maya, Erin et Dave ont rendez-vous à True Love sur l'île Devon, une petite station scientifique quasi désaffectée, construite en 1960. Le 9 août au soir, un Twin Otter (petit avion) venu de Resolute Bay leur dépose de l'équipement et des vivres, et un hélico les rejoint pour 2 à 4 jours de manips sur la calotte glaciaire de Devon et sur les glaciers Sverdrup et Belcher. Pendant ce temps, nous sommes en attente et veillons sur Vagabond. Le mouillage trouvé, à 5 km de la station, n'est pas assez protégé de la houle, alors nous décidons de camper ! C'est un peu les vacances...

Enchantée par le travail accompli, l'équipe rembarque le 13 août et nous traversons le détroit de Jones, retour vers la côte sud de l'île Ellesmere, et vers le fjord du Cap Sud. Pour ces retrouvailles avec "notre" fjord, pas moins de 4 ours, des morses, et beaucoup de phoques, sur fond de ciel bleu et de glaciers tous plus beaux les uns que les autres. Après une longue série de relevés et prélèvements, et avant de poursuivre vers le fjord suivant, France et moi prenons le temps de revisiter notre site d'hivernage de 2011-2012, à l'entrée du fjord. Les souvenirs se bousculent, beaucoup d'émotions...

Météo toujours aussi belle pour les dernières stations, dans le fjord Grise, les frigos et congélos de Vagabond débordent d'échantillons ! Nous jetons l'ancre devant le village le 15 août : déchargement, changement d'équipe, chargement du sonar et autres équipements, soirée communautaire organisée par les scientifiques, approvisionnement en carburant, formation aux manips pour 2 Rangers (Jimmy et Jason) pour qu'ils puissent continuer les mesures et les prélèvements lors de leurs patrouilles dans la région.

Je fais enfin connaissance avec Andrew Hamilton, avec qui je suis en contact depuis deux ans, au sujet d'une mission océanographique et hydrographique dans la baie de Talbot. Après des dizaines de courriers échangés, nous y voilà ! Il embarque avec Gabriel Joyal, recruté pour opérer le sonar multi-faisceaux. Une journée complète est nécessaire pour installer l'instrument sur le flanc bâbord de Vagabond, à l'aide des supports réalisés lors de notre escale à Saint-Jean de Terre Neuve début mai (7400 km parcourus depuis).

Cap, donc, sur le détroit de Narès, avec un joli coup de vent qui nous pousse rapidement hors du détroit de Jones. Belle escale de 24h dans la grande baie sans nom près du cap Norton Shaw : le sonar nous révèle une image magnifique de la partie immergée du front du glacier, mais nous ne verrons que les traces, fraîches, laissées par l'ours peu avant notre brève escapade à terre.

Vagabond est nettement ralenti par le sonar, heureusement le vent nous est favorable et enfin le 22 août nous atteignons Talbot Inlet !


Bébé phoque annelé

  • Aurore et Leonie observent jeune phoque
  • Leonie et jeune phoque

Ce matin nous avons vu un bébé phoque annelé qui semblait s'amuser autour de l'annexe, sortant, plongeant, avant de s'éloigner. Papa, qui était sur le roof, nous a dit qu'il revenait doucement. Alors, pour mieux le voir je suis descendue dans l'annexe et l'ai regardé jouer autour de moi. Comme il s’intéressait particulièrement au moteur de l'annexe que je venais de replonger dans l'eau, maman m'a conseillée de mettre la main dans l'eau car ça l'amuserait sûrement. Et là, quelle ne fût pas surprise de le voir venir vers ma main, il est passé juste en dessous et j'ai pu le caresser ! Puis il repartit vers la plage et on est parti, mais c'était génial !


Glaciers autour du Jones Sound

  • Recuperation bouteille prelevement eau

La chance est avec nous ! A peine sortis du fjord Fram après un jour d'attente forcé, plus de vent ni de houle, stoppée par la glace toujours abondante. Nous faisons toutes les stations prévues devant le glacier Jakeman amarrés à des plaques de banquise. Une station, c'est une CTD (instrument mesurant la salinité en fonction de la profondeur tout le long de la colonne d'eau) et deux ou 3 prélèvements d'eau à des profondeurs choisies, à l'aide de bouteilles Niskin de 10 litres. S'ensuivent parfois jusqu'à 4 heures de filtrations à l'aide d'une pompe péristaltique et de simples seringues prolongées de filtres, dont voici la liste pour donner une idée des objectifs : des filtrations pour les nutriments, les isotopes d'oxygène, la chlorophylle, les particules de carbone, isotopes de carbone dissolu organiques et inorganiques, le mercure sous 3 formes différentes, les protéines, ADN, ANA, minéralogie, nombres de bactéries et aussi de phytoplancton. Chaque filtre est soigneusement répertorié puis entreposé au frigo, au congélateur ou dans un spécial -80°C.

Après la traversée du Jones Sound, nous reprenons le travail sans interruption de 6h du matin jusqu'à 2h du matin le lendemain, profitant des conditions idéales pour étudier les interactions entre l'océan et le magnifique glacier Belcher.

Plus à l'ouest, après avoir longé l'île Devon, Vagabond tente d'entrer dans la baie du glacier Sverdrup. Mais l'endroit est totalement vierge de sondes et parsemé de hauts fonds. Sans compter la houle peu engageante pour une reconnaissance. Le jour suivant, nous tentons un passage, évitant plusieurs hauts fonds, et quel bonheur de découvrir plusieurs barrières rocheuses bien visibles à marée basse qui procurent alors un vaste abri contre la houle. Nous glissons doucement vers le front du glacier à 10 km de l'entrée et la paix s'installe. Finalement nous pouvons une fois de plus travailler au calme tandis qu'à peine plus au nord la houle et le vent s'installent plus fort... Nous y travaillerons 4 jours en jetant l'ancre chaque soir tout proche du glacier. Entre deux stations on ne se rend même plus compte si l'on est simplement à la dérive ou au mouillage ! Léonie fait sa part du travail scientifique de filtrations, et permet ainsi de réduire notablement le temps de chaque station !

Sur le canal 26 de la radio nous écoutons nos amis de Grise Fiord, au nord du Jones Sound, qui échangent en naviguant à la recherche de phoques et de narvals. C'est émouvant de reconnaître chacun par sa voix, de comprendre les conditions de mer qui sont les leurs plus au nord. Nous nous sentons moins isolés.


Situation improbable

  • Maya et Erin assistees par Leonie et Aurore

Dans Fram fjord avec Maya, Erin et Dave, nos trois glaciologues intéressés par la biologie des glaciers. Ce matin, notre ancre est chassée du mouillage par 30 nœuds de vent et nous trouvons refuge par 10 mètres de fond au bout du fjord Fram, où Sverdrup hiverna avec son célèbre navire. Les premiers prélèvement d'eau sont expérimentés, dans 13 m d'eau faute de mieux. Et là, pendant que le vent souffle, le carré se transforme en laboratoire. Après diverses péripéties électriques, la rampe de filtration fonctionne, tout le monde est occupé comme si nous étions au calme dans un laboratoire en ville. Il suffit pourtant de lever les yeux pour voir défiler le paysage, Vagabond tirant des bords sur sa chaîne par grand vent et surtout pour apercevoir l'ancien fjord glaciaire se vider, découvrant une multitude de bancs de sables et de graviers dont les plus proches sont à peine à quelques mètres de nous ! Nous sommes à deux doigts de nous échouer sans que cela ne perturbe personne. Des bancs de sable n'en finissent pas de découvrir, parallèlement à Vagabond; je veille, impatiente de voir l'inversion de la marée...


Week-end à Grise Fiord

  • Vagabond au mouillage devant Grise Fiord

Vendredi 26 juillet, en fin d'après-midi, Amon et Neevee sont les premiers à venir à notre rencontre, alors que nous contournons un dernier morceau de quelques km2 de banquise, non loin Grise Fiord. Les retrouvailles avec la communauté qui nous a accueillie pendant 2 ans (2011-2013) sont chaleureuses, émouvantes. Difficile de réaliser que six années ont passé... sauf par la réaction de nos amis devant les tailles d'Aurore et de Léonie, qui ont évidemment beaucoup grandi ! Liza et Aksakjuk viennent nous accueillir sur la plage, ainsi qu'Imoshee. Plus tard ce seront Annie et Larry, Susie et Jeffrey, Geela et Jimmy, Tivai et Raymond, Kavavow... quel plaisir de se revoir.

A peine le temps de faire nos démarches d'entrée au Canada, en toute facilité par téléphone depuis le bureau de police local, et nous rencontrons la nouvelle équipe scientifique, qui vient d'arriver elle aussi, avec quelques centaines de kilos de matériel ! Maya Bhatia, Dave Burgess et Erin Bertrand embarquent le lendemain pour trois semaines, après avoir sélectionné l'équipement essentiel. Premier objectif, relevés hydrographiques et prélèvements d'eau devant le glacier Jakeman, où nous étions justement coincés dans les glaces dérivantes quelques jours auparavant...

Il y a encore beaucoup de glaces devant Grise Fiord, elles nous chassent du mouillage ou nous promènent au gré des courants de marée et du vent. La débâcle vue depuis le sommet du Greenlander, qui surplombe le village et l'entrée du fjord Grise, est absolument fascinante.

Les retrouvailles sont également intenses avec la faune locale, c'est carrément le festival : morses sur des plaques de banquise à la dérive, narvals juste devant le village, boeufs musqués au bout du fjord Fram, nombreux groupes de phoques du Groenland, et toujours beaucoup d'oiseaux.


Narvals

  • Narvals pres de Grise Fiord 2

Chassés par la glace dérivant devant Grise Fiord, nous passons la nuit quelques milles plus au large, amarrés à une plaque de banquise dérivante intacte, vaste de plusieurs kilomètres. Le lendemain dans le plus grand calme, des souffles puissants nous surprennent, puis surgissent du dessous de notre banquise un groupe de narvals, puis deux, puis... environ 70 narvals qui sortent de l'eau parfois juste à l'arrière de Vagabond dans un ballet incessant. Ils semblent reprendre leur souffle après une longue apnée, certains visiblement éreintés, d'autres toujours fringants. Ils sont partout dans notre flaque d'eau libre ! Nous conservons ce moment merveilleux pour nous quatre, à l’abri des chasseurs de Grise Fiord impatients de leur première chasse de la saison. Ils n'auront pas besoin de nous pour les repérer...


Du Groenland au Canada

  • Leonie heureuse de revenir au Nunavut

Ce matin, nous sommes au beau milieu de la glace. Nous avons presque terminé la traversée, et il nous reste 20 milles jusqu'à Grise Fiord. Pour cette navigation, j'avais préparé un gâteau au chocolat et 6 ménélés par personne pour nous remonter le moral. Comme on était déjà bien amariné, ça c'est mieux passé que d'habitude pour Aurore et moi, et je crois que c'est la première fois que je n'ai pas été malade du tout ! Comme nous sommes proches de Grise Fiord, à présent, nous avons essayé de les appeler par VHF; au premier coup, ils n'ont pas répondu, mais au deuxième, si ! Ça faisait plaisir de les entendre ! Et puis, un peu plus tard avec papa (maman et Aurore dormaient), nous avons vu un phoque sortir la tête de l'eau et replonger. Et puis il est ressorti, mais avec deux copains ! Trois, quatre, cinq, et bientôt neuf phoques, tous dans le même trou, sortaient et rentraient la tête de l'eau. Maintenant, nous sommes coincés et nous attendons que la glace dérive et nous laisse passer.


Qaanaaq

  • Coralline
  • Fin de plongee pour Eric et Louis ile Hakluyt

La mission coralline s'est achevée hier. Une bonne trentaine de plongées pour explorer la côte ouest du Groenland à la recherche de cette algue rouge qui nous raconte le passé de l'océan, parfois sur plusieurs siècles. L'objectif global du projet est de comprendre l'évolution de la banquise à long terme. Les monticules calcaires de coralline, prélevés en plongée, comportent des couches internes semblables aux anneaux des arbres, qui peuvent être analysées en labo pour connaître les périodes de présence de glace de mer. Des archives climatiques bien plus anciennes que les données satellites !

Jochen, Natasha et Louis ont pris l'avion à Qaanaaq, où nous avons retrouvé notre ami Hans et sa femme. Un dessin de Léonie est toujours affiché dans l'entrée de leur hôtel ! Une digue est en cours de construction, pour protéger un peu mieux la zone de mouillage des bateaux des chasseurs, mais l'abri n'est pas suffisant pour Vagabond et nous préférons jeter l'ancre à une vingtaine de kilomètres à l'ouest, près de l'ancien village de Qeqertarssuaq. Nous y restons quelques jours en famille, avant de partir pour le Nunavut.


Coup de vent du 14 juillet

  • Leonie heureuse de retrouver la banquise
  • Equipe coralline baie de Melville

Vagabond lève l'ancre enfin, le vent est tombé et il est temps de reprendre notre quête de coralline. La mission s'achèvera dans 5 jours et notre collecte est assez maigre depuis Upernavik. C'est là que Jochen Halfar, responsable du programme scientifique, a embarqué pour 17 jours.

Entre la baie de Disko et Upernavik, il n'y a pas eu de plongée, nous avions exploré cette zone en 2016. Depuis Upernavik, avec Jochen, la recherche est à nouveau intense, les plongées souvent magnifiques, mais relativement peu d'algues rouges à échantillonner... Par contre, les assiettes sont régulièrement garnies de coquilles Saint-Jacques, de moules, ou d'oursins !

La traversée de la baie de Melville est totalement magique. C'est tout juste la débâcle, nous sommes momentanément coincés par la banquise (beaucoup moins qu'en 2011), les icebergs sont innombrables, le soleil brille nuit et jour sur une mer d'huile. Baleines et ours sont au rendez-vous. Quelques escapades à terre nous permettent d'apprécier l'immensité de cette région sauvage du Groenland.

A Savissivik, village isolé au nord-ouest de la baie de Melville, au pied d'une grande colonie de mergules nains, nous retrouvons Ole et sa famille, ils nous avaient chaleureusement accueillis et donnés des chiens en 2012. Avec 5 enfants, ils représentent 15% de la population locale. Ole chasse toujours le narval avec son kayak et un flotteur en peau de phoque, même si le bateau à moteur est autorisé depuis 2006. Il nous offre un bon morceau de peau (maqtaq), qui peut se manger cru ou cuit. Nous lui donnons la seule coquille Saint-Jacques que j'ai trouvé lors de la plongée du matin, devant son village. Un met local mais totalement inhabituel pour lui ! Il s'intéresse à notre recherche de coralline, Jochen et Natasha lui en donne un morceau. Nous profitons de la douche communautaire de Savissivik puis poursuivons notre route vers le Cap York.

Le vent nous pousse vers le nord-ouest, un peu trop vite (pointe à 9 noeuds !) puisque les conditions deviennent trop difficiles pour explorer les fonds marins. Le mouillage dans la baie Parker Snow ne tient pas, Vagabond continue sa route à vive allure. Impossible alors de faire escale à la base américaine de Thulé car le vent nous entraîne toujours vers le nord-ouest. Vers 6h du matin je fini par jeter l'ancre dans à peine 2m d'eau, au pied du rocher Fitz Clarence (200m), dans la baie Booth. Mais en début d'après-midi, 50 noeuds de vent ont raison de notre mouillage : bientôt, dans très peu d'eau, moteurs à fonds pour éviter d'être projeté sur les rochers, Vagabond s'efforce de gagner un meilleur abri dans la grande baie Booth. Ici pas de carte marine, les yeux restent rivés sur le sondeur et le radar. Soulagement après une lutte un peu longue, le mouillage tient. Il tiendra même jusqu'à la fin du coup de vent (4 jours au total).

Pendant que nous sommes tous consignés à bord par la météo, Aurore et Léonie assurent l'ambiance en décorant le bateau et en cuisinant pour fêter le 14 juillet !

Déjà plus de 3000 milles nautiques parcourus depuis Miquelon.